Le Palma Festival : explorations musicales et visuelles

Pour sa troisième édition, le Palma Festival propose des explorations visuelles et musicales entre Caen et Mondeville du 28 mars au 2 avril 2018. Découvrir, discuter et s’interroger sur la place de l’art et de la culture, tel est l’objectif du festival.

 « Les habitants vont découvrir une fresque énorme en allant chercher leur pain. » déclare Emmanuel Lebrun, organisateur du Palma Festival. Réunir des artistes urbains et des musiciens internationaux pour les mettre en scène dans des endroits où on ne les attend pas, c’est la marque de fabrique du Palma Festival. Le Palma propose un autre regard sur notre ville et redéfinit l’espace public. D’un concert au détour d’une friche industrielle à une immense fresque colorée, il attisera la curiosité et provoquera la rencontre et la discussion entre les passants et les artistes. Ils sont là pour être interpellé et entendre « Mais qu’est -ce que tu fous mec ? » précise Emmanuel Lebrun.

« On voulait proposer une programmation éclectique et aventurière » ajoute Emmanuel Lebrun. Du pop, au rock, en passant par de l’électro, de nombreux styles musicaux y sont présents grâce à des artistes comme Yacht-club ou Altin Gun. La diversité ne se fait pas seulement dans la programmation des artistes, mais aussi dans les lieux qui les accueilleront comme Le Cargo, le Pavillon, ou la piscine de Mondeville dans laquelle sera organisé un concert.

Sama’, l’artiste qui illustre parfaitement la philosophie du festival.

Artiste emblématique de la communauté underground, Sama’ Abdulhadi est une jeune DJ palestinienne. C’est en 2010 qu’elle a commencé à mixer et à produire sa propre musique. C’est lors d’un voyage à Beyrouth, plus précisément au concert de Satoshi Tomi qu’elle entend pour la première fois de l’électro. « Cela a été le choc de ma vie » explique-t-elle lors de son interview pour L’Avant-Scène

Après avoir expérimenté le D-Jing, elle donne un concert dans la ville de Ramallah. Personne n’avait jamais entendu de musique techno. Ce style musical était très novateur et ne correspondait pas aux critères culturels palestiniens. Plus habitué à écouter « des mélodies et des mots, qui signifient beaucoup dans le monde Arabe, le public est parti » explique-t-elle avec le sourire.

Pour Sama’, il est important de libérer l’expression des jeunes, et pas seulement par l’écriture, aussi grâce à la musique. C’est entre les frontières de la musique électronique et de la house qu’elle s’exprime.

Une artiste proche de son public

Lors du Palma Festival elle animera un workshop pendant deux jours pour transmettre ses connaissances. Les participants pourront s’initier à la création d’un morceau électro grâce à l’utilisation d’échantillons sonores.

[ Workshop le 28 et 29 mars de 10h à 17h au Pavillon, 60€ les 2 jours. Plus d’infos : ici ]

Elle sera présente vendredi 30 mars dans l’Auditorium de la Bibliothèque de Caen de 16h00 à 18h00. Elle s’exprimera sur ses influences, son environnement créatif et ses techniques de composition. Cet événement est gratuit mais limité à 50 places.

[ Master class limitée à 50 personnes, pour y assister, inscrivez-vous via ce formulaire. ]

Eve Pottier

Extrait de son DJ SET aux Trans musicales :

Du mercredi 28 mars au lundi 2 avril 2018, sur la Presqu’île. Accès libre.

Plus d’informations sur www.palmafestival.com

Laisser un commentaire