Marianne, bientôt entrepreneuse

A 23 ans, Marianne est une femme aux mille projets : communication, théâtre, pet-sitting. Les idées sont nombreuses, et l’une d’entre elles est sur le point de se réaliser… Le lancement de son entreprise de pet-sitting est prévu cette année, à Angers. Zoom sur son expérience.

2014. DUT Info-Com, Ifs. Dans le cadre des ateliers de pratique professionnelle, Marianne co-anime une émission créée avec son groupe, 3 minutes pour changer le monde, sur la radio RCF-Calvados de Caen. En deuxième année, elle est élue Présidente du Bureau des Etudiants (BDE). Le DUT touchant à sa fin, elle affirme : « J’avais l’impression d’avoir fait le tour de la communication. Alors quand j’ai fait un stage de théâtre pendant les vacances d’hiver, et que j’ai eu la chance d’intégrer les Cours Florent à Paris, je n’ai pas hésité. J’ai tenté ma chance. »

Les Cours Florent. École d’art dramatique à Paris qui forme des futurs comédiens. « En professionnel, c’est un aspect différent de celui que j’avais pu expérimenter en personnel. C’est un cercle fermé et très particulier car vous êtes le produit. C’est au plus profond de vous-même que vous donnez quelque chose. Alors, cela peut se révéler être dévastateur comme positif, tout dépend des personnes. » Quatre mois plus tard, Marianne arrête finalement l’école, « ce n’était pas ce que j’attendais » se confie-t-elle.

« Ensuite, je me suis demandée ce que j’allais faire. Je pense que l’on se le demande tous à un moment de notre vie. »

La naissance d’une réflexion. « Je voulais créer un espace de coworking. C’est en croissance perpétuelle. Aujourd’hui, les manières de travailler changent : avec Internet, on peut exercer un emploi partout. Les profils sont différents, la mobilité est plus forte qu’avant… Là, ce seront dans des lieux qui rassemblent plusieurs travailleurs » explique-t-elle. 

Marianne est réaliste. Elle se rend compte qu’elle ne possède pas toutes les bases pour monter un projet, elle s’inscrit donc en licence professionnelle entreprenariat et management de projets, proposée par l’Université de Poitiers, à l’IUT de Niort. Marianne effectue son stage alterné dans l’entreprise Qualivox à Nantes (gestion de visites de clients mystères). « C’était très enrichissant parce que mon responsable de stage, Aurélien, m’a fait confiance tout de suite. J’occupais le poste d’assistante de recrutement. J’ai élaboré des déclarations préalables à l’embauche (DPAE) et des bulletins de salaire. J’étais en totale autonomie. J’ai aimé cette partie-là de recrutement, de gestion d’équipe, de management. »

 Un projet complexe… La viabilité du projet est finalement plus compliquée que prévu « parce que ces espaces sont gérés soit par une administration comme l’Etat, ou soit par les fonds privés. De plus, les rendements de cette activité sont très variables : par exemple, une personne peut prendre un abonnement mensuel tandis qu’une autre peut s’y rendre une seule fois par semaine » explique-t-elle.

« J’ai eu le déclic » A partir de cet instant, ses réflexions se croisent. Jusqu’au jour où « je suis tombée totalement par hasard sur un article de journal, c’était une interview d’une cat-sitter. Je ne connaissais pas du tout ces métiers-là avant. Cela consiste à faire de la garde d’animaux, exclusivement à domicile. Et là, je me suis dit… ça a l’air génial ! J’ai eu le déclic. D’autant plus qu’un Français sur deux a un animal de compagnie, c’est énorme comme chiffre ! ». Ainsi, Marianne se lance dans une autre voie : le pet-sitting (garde d’animaux), à l’origine pratiqué aux Etats-Unis mais qui s’installe peu à peu en France.

Septembre 2016. Angers : lieu où Marianne déniche un Service Civique. Sa mission ? Promouvoir le BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur) dans les lycées, un diplôme que Marianne a obtenu à 18 ans. Nouveau déménagement. Nouvelle ville. Nouvel objectif. S’enchaîne donc huit mois de travail dans l’association Familles rurales, fédération départementale de Maine-et-Loire.

« Angers, un « petit Nantes » Marianne tombe littéralement sous le charme de cette ville, où elle installera son entreprise de pet-sitting. Ce territoire est réceptif à ce genre d’offres, en raison de la population qui est familiale dans la grande majorité. « C’est une petite ville, alors les gens se rencontrent très vite, ils sont proches. Il y a le même esprit par rapport à la diversité, l’écologie, aux circuits courts, les produits locaux, la jeunesse, le dynamisme du territoire et des entreprises. Il y a aussi des start-ups à Angers. » Cette ville apparaît comme le lieu idéal pour démarrer son activité.

Lauréate de l’Institut de l’Engagement. Après un Service Civique, Service Volontaire Européen ou Volontariat de Solidarité Internationale, il y a la possibilité d’être lauréate de l’Institut de l’Engagement. Qu’est-ce que c’est ? Un accompagnement personnalisé sur le projet d’avenir du volontaire : reprise d’étude, recherche d’emploi, création d’activité… Marianne s’est présentée devant une assemblée composée d’entrepreneurs et de recruteurs, pour défendre son projet de pet-sitting : en 2017, 2000 jeunes ont bénéficié d’un entretien, seulement 690 sont lauréats. Son projet a séduit l’assemblée, en conséquence, l’Institut de l’Engagement lui verse une bourse.

Retour à la vie étudiante. Marianne prépare le diplôme d’étudiante-entrepreneur à l’Université d’Angers. Les cours se rapportent au lancement d’une entreprise et permettent d’être aidé par un animateur pépite, qui a un rôle de conseil auprès de ces étudiants.

Son objectif pour 2017 ? Obtenir l’attestation des connaissances domestiques, nécessaire en France pour lancer son activité professionnelle de garde à domicile d’animaux. Objectif atteint.

2018. L’entreprise de pet-sitting sera créée d’ici quelques mois. Pragmatique, Marianne révèle que « dans un projet, tu peux tout faire pour que cela soit parfait, ce n’est pas possible. Tu te donnes une ligne directrice, et tu fais des zigzags autour, c’est normal. Ce que j’ai remarqué aussi, c’est que je voulais aller très vite, mais tu ne peux pas parce qu’il y a la vie autour.»

« Je suis heureuse et cela me suffit. Chaque étape de la vie a son importance. Tu peux faire des choses à moitié ou complètement, c’est ce qui te construit. Et c’est l’essentiel. »

Informations supplémentaires :

Qu’est-ce que le coworking ? Le cotravail (terme officiel en France) ou l’anglicisme coworking, est un type d’organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé, mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture.

Qu’est-ce que le Service Civique ? Il a pour objet de renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale et offre à toute personne volontaire l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager en faveur d’un projet collectif en effectuant une mission d’intérêt général auprès d’une personne morale agréée.

Qu’est-ce que l’Institut de l’Engagement ? Pour plus de renseignements, rendez-vous sur la page ministérielle : https://www.engagement.fr/

Elise GUERIN

Laisser un commentaire