Togoban, des orthophonistes solidaires

Togoban est une association d’étudiantes de l’école d’orthophonie de Caen. Son ambition est de soutenir la prise en charge des troubles de la parole et le développement du métier d’orthophoniste au Togo.

En mai et juin 2017, sept étudiantes en école d’orthophonie de Caen se rendront au Togo. Pour réaliser ce voyage de quatre semaines, les étudiantes doivent réunir 10 500 euros. Elles ont créé une association, Tobogan, dont Lisa Pavot (à droite de la photo), étudiante de 2ème année assure la communication. « Je m’occupe surtout de la mise à jour de la page facebook et communique sur l’avancée du projet. »

L’école d’orthophonie du Togo, la seule en Afrique de l’ouest

La présence des étudiantes caennaises à Lomé, la capitale du Togo, n’est pas un hasard. « C’est ici que ce trouve la seule école d’orthophonie d’Afrique noire. Nous allons essayer de nous rencontrer pour échanger sur nos études ». Cette école accueille des étudiants de différents pays d’Afrique. « Par ici, les enfants qui sont dyslexiques ou qui bégaient vont plutôt être considérées comme de mauvais élèves ou de mauvaise volonté. »

Avec l’aide d’un orthophoniste du centre ADS (action développement santé) « nous allons faire des actions en direction des professeurs pour présenter les pathologies les malformations liées à l’orthophonie ou comme la dyslexie ou la surdité », explique Lisa Pavot.

photo-togoban-2
Marie Gautrin, Paloma Crocomo, Pauline Latini, Amélie Scache, Sarah Loriette et Lisa Pavot membres de l’association Tobogan

 

Agir auprès des enfants

Les futures orthophonistes se rendront dans une école primaire, où elles assisteront et interviendront pendant les heures de cours et y apporteront « des livres récupérés en France dans le but de créer une bibliothèque. Grâce à cette intervention, nous pourrons repérer les élèves en difficulté pour ensuite les faire venir au soutien scolaire du CEC (carrefour d’échanges culturel). » Elles seront hébergées au CEC Togo.

Financer le projet

Toutes mettent la main à la pâte et ont organisé un buffet pendant une conférence pour parents d’enfants dyslexiques avec une boite de participation libre, une vente de stylos gravés « Togoban », une vente de crêpes à la fac de médecine et la confection de papier cadeau à la sortie des lieux de consommation. « On pense aussi faire une cagnotte participative », précise Lisa. « Nous avons déjà reçu des subventions du Département du Calvados, de l’UFR de médecine et du CROUS. »

Une expérience enrichissante

En plus de pouvoir découvrir un nouveau pays, cette expérience permettra de coupler « expérience humaine et vision plus concrète de notre futur métier » assure Lisa. « Ce sera ma première expérience solidaire et même si cela demande beaucoup d’investissement, j’ai vraiment hâte ».

Retrouvez l’actualité de Togoban sur Facebook.

Anne Penduff

Laisser un commentaire